ZENTRUM FÜR AUGUSTINUS-FORSCHUNG

AN DER JULIUS-MAXIMILIANS-UNIVERSITÄT WÜRZBURG

Dieser Artikel ist im Augustinus-Lexikon in dessen 5. Band, Faszikel 1/2 (2019) auf den Spalten 188-191 erschienen.

  • Virgo inter virgines
  • «Haec est papalis sedes et pontificalis»: Der Bischofsstuhl (cathedra) des Papstes, Namensgeber der «Sedes apostolica». San Giovanni in Laterano, Rom. – Bildquelle: wikimedia commons von Sailko lizensiert unter CC BY 3.0 UL.

1. Eglises apostoliques et apostolicité de l’Eglise – 2. L’Eglise romaine

Dans le corpus a. l’expression s. a., ou plus fréquemment a. s., est employée en une quarantaine d’occurrences, d’une part en un sens générique, d’autre part plus spécifiquement et beaucoup plus fréquemment pour désigner le siège romain, et cela toujours dans un contexte de polémique, de controverse ou de dispute. Il convient de noter dès l’abord qu’aucun autre corpus non romain contemporain d’A. n’emploie ce vocable avec une telle fréquence [1].

Note

[1] Pour une vue globale, cf., par ex., PINTARD.

1. Eglises apostoliques et apostolicité de l’Eglise. – Tertullien, à l’adresse de ses adversaires doctrinaux, avait orchestré le thème des ‹ecclesiae a.›, en une double signification: au sens strict des Eglises fondées par des apôtres [2]; au sens large des Eglises qui dérivent des premières par ‹consanguinité doctrinale› [3]. Dans les deux cas, la succession épiscopale assurait la vitale continuité du principe apostolique, source d’autorité par excellence dans l’Eglise. La thématique avait été reprise par Optat de Milev contre les donatistes [4].

A. la revisite à son tour sous des formulations variées [5] dans le même contexte polémique, mais aussi bien contre des manichéens ou contre des païens: il parle indifféremment des ‹a. ecclesiae› [6] (↗Ecclesia), des ‹s. apostolorum› [7] ou des s. a. [8] (↗Apostolus (apostolatus)), pour y trouver un fondement autorisé (↗Auctoritas) à son argumentation et aux thèses qu’il défend [9]. En doctr. chr. 2,12, s. a. est en lien avec les ‹ecclesiae catholicae› (↗Catholicus, -a) [10]; cela montre clairement que les s. a. sont une catégorie primordiale des ‹ecclesiae catholicae›, et sont d’une autorité supérieure aux autres, dans la mesure où elles ont un rôle essentiel dans la détermination du ↗‹canon scripturarum›. A l’époque d’A. le terme s., appliqué à une institution, «évoque … l’ensemble des prérogatives et des attributions qui y sont domiciliées» [11]; ainsi, si un évêque ‹cathedram sedet› au sens propre, au sens figuré sa s., traduction latine de θρόνος au même titre que ↗‹cathedra› [12], est l’Eglise locale à laquelle il préside en successeur des apôtres [13].

Notes

[2] Tert. praescr. 32: «edant ergo origines ecclesiarum suarum, euoluant ordinem episcoporum suorum, ita per successionem ab initio decurrentem, ut primus ille episcopus aliquem ex apostolis uel apostolicis uiris, qui tamen cum apostolis perseuerauerit, habuerit auctorem et antecessorem»; ↗Tertullianus. –

[3] Tert. praescr. 20: «et perinde ecclesias apud unamquamque ciuitatem condiderunt. a quibus traducem fidei et semina doctrinae ceterae exinde ecclesiae mutuatae sunt et cottidie mutuantur, ut ecclesiae fiant, ac per hoc et ipsae apostolicae deputantur, ut suboles apostolicarum ecclesiarum»; cf. MACCARRONE, Titulo 151sq. –

[4] Cf. LABROUSSE 108-117; ENO, Work; id., Significance; ↗Optatus episcopus Mileuitanus. –

[5] Bel exemple en en. Ps. 44,32. –

[6] Ep. 52,3; cf. ib. 43,7; cath. fr. 46 (tous passages contre des donatistes; ↗Donatistae). –

[7] C. Faust. 11,2; 33,9 (contre des manichéens; ↗Manichaei); Cresc. 3,21 (contre des donatistes; cf. DE VEER, Succession); ep. 232,3 (contre des païens; ↗Paganus). –

[8] Par ex., c. Faust. 28,2 (contre des manichéens); ep. 43,26 (contre des donatistes). –

[9] Pour le contexte, cf. BRISSON. –

[10] Ib.: «in canonicis autem scripturis, ecclesiarum catholicarum quam plurium auctoritatem sequatur, inter quas sane illae sint, quae apostolicas sedes habere et epistulas accipere meruerunt». –

[11] PIETRI, Roma 2,1508. –

[12] En. Ps. 98,3; s. 53,13. –

[13] C. litt. Pet. 2,118: «cathedra tibi quid fecit ecclesiae Romanae in qua Petrus sedit et in qua hodie Anastasius sedet»; cf. ep. 43,3; 44,5 (‹s. episcopales›).

2. L’Eglise romaine. – Parmi toutes les ‹ecclesiae a.›, l’une se singularise par son titre qui n’a pas besoin de précision: s. a. Attestée pour la première fois en 352 dans une lettre de Libère, évêque de Rome, à Eusèbe de Verceil [14], l’expression connaît dès l’épiscopat de Damase (366-384) une grande fortune dans les usages de chancellerie de l’Eglise romaine [15] (↗Episcopi Romani). Seul siège de fondation apostolique revendiquée en Occident, cette Eglise pouvait l’utiliser dans ce domaine sans restriction. A. est l’un des meilleurs témoins à son époque de la diffusion et de la réception de cette formule qui connaît plusieurs dizaines d’occurrences dans l’oeuvre conservée, peut-être dès 391/392 contre des manichéens [16]. Elle se trouve une fois dans une pièce du dossier donatiste [17], mais surtout massivement dans le dossier pélagien [18] en lien direct ou indirect avec des correspondances romaines, mais aussi dans des missives liées à des affaires d’appel à l’évêque de Rome (↗Appellatio), soit les cas d’Honorius en mars 420 [19] ou d’↗Antoninus de Fussala à l’hiver 422/423 [20]. Il s’agit d’abord de la part d’A. d’une déférente reprise protocolaire de l’autodésignation romaine [21], qui peut concerner des évêques contemporains, Innocent Ier (401-417), Zosime (417/418), Boniface Ier (418-422) et Célestin Ier (422-432), mais aussi rétrospectivement Miltiade (311-314) [22]. Il s’agit aussi, à côté et en renfort de l’‹auctoritas› première des évêques et conciles africains [23], d’invoquer celle du siège romain, quelquefois dénommé ‹s. Petri› [24] (↗Petrus apostolus), voire son jugement (‹iudicium›) selon les usages, coutumes et canons reçus en Afrique à l’époque d’A., quitte à dénoncer les usurpations romaines comme dans l’affaire Apiarius ou auparavant dans le dossier pélagien sous Zosime [25].

Notes

[14] Epist. pontif. 211,1,1 (CCL 9, p. 121,4). –

[15] Cf. MACCARRONE, Vicarius; PIETRI, Roma 2,1505-1515; ↗Roma. –

[16] Vtil. cred. 35; l’interprétation de l’expression fait débat: un siège apostolique ou le siège apostolique par excellence soit Rome? Cf. DE VEER, Sedes. Pour le contexte a., cf. DI CORRADO 219-322. –

[17] Cf. en. Ps. 36,2,21. On trouve ‹cathedra a.› en c. litt. Pet. 2,117sq.162. En ep. 9*,4, le sens de ‹tam sancta s.› ne doit pas être forcé; cf. DELMULLE. –

[18] C. ep. Pel. 2,5-7 (cf. DE VEER, Primauté); gr. et pecc. or. 2,6.8.19; an. et or. 2,17; ep. 176,5 (lettre synodale); 186,2.28sq.; 191,2; 194,1; s. 131,10; c. Iul. 1,13; 6,37; cf. CAREFOOTE; DALMON; WERMELINGER. –

[19] Ep. 22*,5-7; cf. LANCEL. –

[20] Ep. 20*,25sq. (cf. MUNIER); 209,8sq. –

[21] Il est frappant que dans le cas de l’affaire Apiarius, qui voit l’opposition entre les évêques africains et l’évêque de Rome, l’expression figure dans la bouche du représentant de ce dernier au concile de Carthage de mai 419 auquel participe A. (Conc. Carthag. a. 419 (CCL 149, p. 90,29)) mais n’est pas reprise par ses hôtes; ↗Episcopi afri. –

[22] En. Ps. 36,2,21; c. Iul. 1,7. –

[23] Cf. significativement dans les dernières années de la vie d’A. ep. 1*,5; cf. MERDINGER; PIETRI, Lettres; pour le contexte, cf. MARSCHALL; OCKER; SAXER; ↗Africa, ↗Concilium (concilia). –

[24] C. ep. Man. 4,5; ps. c. Don. 238s; cf. TRAPÈ. En ep. 53,3, on rencontre ‹cathedra (sc. Petri)›. Pour le contexte, cf. BATIFFOL; GRABOWSKI; LA BONNARDIÈRE; MACCARONE, Cathedra. –

[25] Cf. LAMBERIGTS; ↗Zosimus.

Bibliographie

P. BATIFFOL, Sedes apostolica: Cathedra Petri. Etudes d’Histoire ancienne de l’Eglise, Paris 1938, 151-168. – J.-P. BRISSON, Auctoritas dans le vocabulaire des écrivains latins chrétiens et ses applications au Siège apostolique de l’avènement de Damase à la mort de Léon le Grand, Diss. Paris 1955. – P.J. CAREFOOTE, Augustine, the Pelagians and the Papacy. An Examination of the Political and Theological Implications of the Papal Involvement in the Pelagian Controversy, Diss. Leuven 1995. – L. DALMON, Un dossier de l’Epistolaire augustinien: la correspondance entre l’Afrique et Rome à propos de l’affaire pélagienne (416-418), Leuven 2015. – J. DELMULLE, A quando risale l’uso dell’espressione «sancta sedes» per designare la Chiesa romana?: Costellazioni geo-ecclesiali da Costantino a Giustiniano: dalle Chiese ‹principali› alle Chiese patriarcali (SEAug 149), Roma 2017, 449-462. – G. DI CORRADO, Pietro pastore della Chiesa. Il primato petrino negli scritti di Agostino d’Ippona, Roma 2012. – G.D. DUNN, Cyprian and the Bishops of Rome: Questions of Papal Primacy in the Early Church, Strathfield 2007. – R.B. ENO, The Work of Optatus as a Turning Point in the African Ecclesiology: Thomist 37 (1973) 668-685. – Id., The Significance of the Lists of Roman Bishops in the Anti-Donatist Polemics: VigChr 47 (1993) 158-169. – S.J. GRABOWSKI, Saint Augustine and the Primacy of the Roman Bishops: Traditio 4 (1946) 89-113. – A.-M. LA BONNARDIÈRE, Tu es Petrus. La péricope «Matthieu 16,13-23» dans l’oeuvre de saint Augustin: Irénikon 34 (1961) 451-499. – M. LABROUSSE, Introduction: Optat de Milève. Traité contre les donatistes 1 (SC 412), Paris 1995, 7-143. – M. LAMBERIGTS, Augustine and Julian of Aeclanum on Zosimus: Aug(L) 42 (1992) 311-330. – S. LANCEL, Saint Augustin et la Maurétanie Césarienne (2): L’affaire de l’évêque Honorius (automne 419 – printemps 420) dans les nouvelles Lettres 22*, 23*, et 23*A: REAug 30 (1984) 251-262. – M. MACCARRONE, «Cathedra Petri» e lo sviluppo dell’idea del primato papale dal II al IV secolo: Miscellanea A. Piolanti 2 (= Lateranum n.s. 30), Romae 1964, 37-56. – Id., «Sedes Apostolica» et «Sedes Apostolicae»: de titulo et ratione Apostolicitatis in aetate patristica et in altiore Medio Aevo: Acta Congressus internationalis de Theologia Concilii Vaticani II. Romae diebus 26 septembris – 1 octobris 1966 celebrati (a cura di R.P.E. DHANIS/P.A. SCHÖNMETZER), Romae 1968, 146-162. – Id., «Sedes apostolica – vicarius Petri». La perpetuità del primato di Pietro nella sede e nel vescovo di Roma (secoli III-VIII): Romana Ecclesia cathedra Petri 1, Roma 1991, 1-101 (Il primato del vescovo di Roma nel primo millennio: richerche e testimonianze 1, Città del Vaticano 1991, 275-362). – W. MARSCHALL, Karthago und Rom. Die Stellung der nordafrikanischen Kirche zum apostolischen Stuhl in Rom, Stuttgart 1971. – J.E. MERDINGER, Rome and the African Church in the Time of Augustine, New Haven, Conn./London 1997. – C. MUNIER, La question des appels à Rome d’après la Lettre 20* d’Augustin: Vie conciliaire et collections canoniques en Occident, IVe-XIIe siècles, Londres 1987, VII 287-299 (Lettres 287-299). – C. OCKER, Augustine, Episcopal Interests and the Papacy in Late Roman Africa: JEH 42 (1991) 179-201. – C. PIETRI, Roma Christiana. Recherches sur l’Eglise de Rome, son organisation, sa politique, son idéologie de Miltiade à Sixte III (311-440) 1-2, Rome 1976. – Id., Les Lettres nouvelles et leurs témoignages sur l’histoire de l’Eglise romaine et de ses relations avec l’Afrique: Lettres 343-354. – J. PINTARD, Notes sur «Sedes apostolica» selon St. Augustin: StPatr 16 (1985) 551-556. – V. SAXER, Autonomie africaine et primauté romaine de Tertullien à Augustin: Il primato del vescovo di Roma nel primo millennio: ricerche e testimonianze (a cura di M. MACCARRONE), Città del Vaticano 1991, 173-217. – A. TRAPÈ, La «sedes Petri» in S. Agostino: Miscellanea A. Piolanti 2 (= Lateranum n.s. 30), Romae 1964, 57-75. – A.C. DE VEER, La succession apostolique: BA 31 (1968) 793-795. – Id., Primauté du pape et collégialité: ib. 23 (1974) 748-753. – Id., La «Sedes apostolica»: ib. 22 (1975) 819-821. – O. WERMELINGER, Rom und Pelagius. Die theologische Position der römischen Bischöfe im pelagianischen Streit in den Jahren 411-432, Stuttgart 1975. – M. WOJTOWYTSCH, Papsttum und Konzile von den Anfängen bis zu Leo I. (440-461), Stuttgart 1981.

MICHEL-YVES PERRIN

«Directeur d’études» an der École Pratique des Hautes Études (EPHE) in Paris und
Inhaber des Lehrstuhls «Histoire et doctrines du christianisme latin (Antiquité tardive)».

 

© (Text) Verlag Schwabe AG, Basel

Wir danken dem Schwabe Verlag für die freundliche Genehmigung zur Veröffentlichung in unserem Webportal.

Newsletter

Gerne möchten wir mit Ihnen in Kontakt bleiben und informieren Sie regelmäßig über die Arbeit vom Zentrum für Augustinus-Forschung (ZAF) an der Julius-Maximilians-Universität Würzburg.Ihre Daten sind bei uns in sicheren Händen. Die Speicherung und Nutzung Ihrer Daten erfolgt ausschließlich für die Zusendung des Newsletters. Sie können sich jederzeit durch einen Link direkt im Newsletter sowie durch eine Kontaktaufnahme zum ZAF wieder abmelden und damit Ihre Zustimmung widerrufen.
Nach dem Klick auf Newsletter abonnieren erhalten Sie eine Bestätigungsmail von uns. Klicken Sie bitte den darin angegebenen Link an, um Ihre Anmeldung zu bestätigen – so gehen wir sicher, dass Sie den Newsletter tatsächlich abonnieren möchten.
captcha 

video studientag